Le programme de l’année 2019/2020 !

Ce carnet Hypothèses recueille les comptes-rendus de séminaires qui se déroulent au laboratoire de sciences sociales Pacte (Grenoble). Ces séminaires se rassemblent sous l’étiquette “Les boites noires de la recherche” car il s’agit de séminaires dans lesquels des chercheurs viennent présenter différentes méthodes et stratégies à même d’aider les doctorants, jeunes chercheurs et en fait, l’ensemble des chercheurs dans leur travail.  L’idée n’est pas de parler de la substance des travaux mais des “petits trucs” pour avancer sur les différents aspects de la recherche.

Nous mettrons bientôt en ligne le compte-rendu de la seconde séance de l’année dernière : “Stratégies de publication et choix des revues”.

Mais en attendant… Voici le programme pour l’année qui vient (et dont chaque séance fera l’objet d’un compte-rendu sur ce carnet, évidemment) :
“Ecrire sa thèse” le mercredi 27 novembre de 14h à 16h30, avec : Manon Pesle, Marie-Aurore Ghis Malfilatre et Florent Gougou.
“ATER : pourquoi et comment ?” le jeudi 30 janvier 2020 de 14h à 16h30, avec, pour l’instant : nous trois et Simon Persico.
“Monter un projet de recherche” : courant 2e semestre.
“Valoriser sa thèse hors du monde académique” : mars 2020.
“Valoriser sa thèse dans le monde académique” : mai 2020.

Si vous êtes dans le coin, et que vous préférez assister à la séance plutôt que de lire les comptes-rendus, les séances sont ouvertes à tou.te.s !

A très bientôt !
Marie-Charlotte, Hélène et Camille

Comment faire une revue de littérature ? – séance du 22 janvier 2019

La première séance de notre séminaire a été animée par François Bonnet qui a accepté de nous dévoiler les coulisses – en tout cas, ses coulisses – de la « fabrication » d’une revue de littérature (et non pas, comme il l’a précisé, une liste de résumé !). Cette première séance était a plus que répondu à nos attentes, François ayant décrypté sa méthodologie de la manière la plus précise possible… Dont voici un résumé détaillé. La proposition a été articulée autour de deux axes : d’abord la présentation de la revue de littérature en tant que telle, puis une réflexion plus générale sur la manière d’aborder cet exercice en fonction de vos objectifs et du contexte dans lequel il est produit.

La revue de littérature : comment procéder ?

La première étape de la revue de littérature est de définir un objet, et d’en tracer les contours sans trop « déborder » tout en veillant à ne rien oublier d’important. Chaque référence est choisie « avec le double critère de pertinence et d’influence ».

Une fois l’objet défini, il s’agit de rassembler les articles qui concernent votre travail et, pour les trouver, d’identifier les mots-clés (en discutant avec des collègues, en consultant les revue de littératures déjà produites, via les recherches internet voire les algorithmes d’Amazon ou Google pour les suggestions de livres, etc.) Dans cet ensemble de documents se trouvent des références centrales : Google Scholar permet de retrouver ces références (et leur nombre de citation) ainsi que la fonction « cité par » qui permet de compléter la liste et vérifier des oublis. Attention à vérifier que les mots-clés identifiés ne sont pas différents d’autres disciplines ou approches, ce qui pourrait faire passer à côté d’un sous-champ important.

Quand tout ce travail est fait, on passe à la phase « action », step by step. Notez dans un premier document (« notes brutes ») toutes les informations intéressantes/importantes, article par article (prenez des notes de lecture quoi… et bien penser à noter les numéros de page !). Par ailleurs, n’oubliez pas d’écrire vos idées au fil des lectures, dans un encart de ce même document par exemple. Ouvrez ensuite un second document (« notes organisées ») dans lequel vous copiez tout ce qui a été noté dans « notes brutes ». Il s’agit maintenant de rassembler les éléments qui sont reliés entre eux, selon la logique et l’objectif de votre revue de littérature : à cette étape, la structure de votre travail devrait apparaître. Enfin, rédigez le document final dans un troisième fichier (« notes rédigées »). Comment penser l’exercice de la revue de littérature ?

Comment penser l’exercice de revue de littérature ?

La revue de littérature n’est pas un « produit » à utilisation ni conception unique. En d’autres termes, elle peut répondre à différents objectifs, en fonction de quoi sa construction ne sera pas la même. Elle pourra répondre à une « logique épistémique », servant alors à alimenter un débat scientifique, ou à une « logique institutionnelle », un exercice parfois obligé (devoir se situer théoriquement, citer ses reviewers, etc).

De la même manière, la revue de littérature peut se décliner en deux genres.

Elle peut être une « finalité pour elle-même » dans un souci de clarification des enjeux autour de votre thème, pouvant alors prendre la forme :

  • D’une méta-analyse, qui est une analyse statistique d’études statistiques sur un sujet ;
  • Ou d’une revue de littérature qualitative, soit pour refaire l’histoire d’un débat, soit clarifier un point, soit rapprocher des champs « qui s’ignorent ».

Mais elle peut aussi venir en appui à vos résultats empiriques, pour montrer en quoi votre travail est pertinent dans un champ (chapitre de thèse, article, projet de recherche) : il s’agit ainsi de cibler des « vides » ou alors des conflits sur lesquels vous pouvez statuer avec vos propres données. « Une bonne lit review met en scène, retrace, crée du conflit » !

            Identifier et mettre en évidence les conflits c’est aussi une manière de valoriser ses travaux, et montrer en quoi ils peuvent être utiles. Ces conflits sont de plusieurs natures : ils apparaissent quand différentes approches s’intéressent au même objet ou qu’à l’inverse une seule approche monopolise le champ, quand un objet est sous-étudié, quand plusieurs travaux sur le même objet aboutissent à des conclusions opposées ou quand un objet est défini de différentes manières (sa définition est trop étroite, trop large…).

            Toutes ces manières de procéder, d’envisager votre revue de littérature et de la produire peuvent générer un certain nombre de tension auquel il faudra être vigilant. Identifiez bien en amont votre objectif, ce qui vous permettra de récolter les bonnes infos et de bien calibrer vos besoins. Il vous faudra arbitrer la tension entre faire preuve de votre érudition et montrer le vide théorique ou un éventuel conflit ; ou encore trouver le bon équilibre entre la mobilisation de référence influentes (centrale dans le champ donc à citer) et pertinentes (en fonction de vos propres résultats).

Pour finir, la référence d’un excellent exemple de lit review : “Les émeutes urbaines de l’automne 2005 : cadres d’analyse et points aveugles de la sociologie française” (2007), F. Ocqueteau in Sociologie du Travail, 49(4).

Et pour compléter, l’article d’un autre carnet Hypothèse : https://mastersociologie.hypotheses.org/3907

Bon travail !

Les boîtes noires de la recherche

Partant du constat que « l’écriture en sciences sociales est supposée passer d’une génération à l’autre par l’opération du Saint Esprit » (Latour dans “L’effet Latour”), nous – Marie-Charlotte Allam, Hélène Caune et Camille Duthy, membres du laboratoire PACTE (UMR 5194 – Université Grenoble Alpes), avons souhaité ouvrir les “boites noires” de la recherche. Ce carnet a pour objet de rassembler des comptes rendus de ces séances, aussi précis que possible et selon les accords des intervenants pour diffuser les informations.
Dans ces séminaires, des chercheurs viennent nous présenter différentes méthodes, façons de faire ou stratégies à même d’aider les jeunes chercheurs dans leur travail. L’idée n’est pas de parler de la substance des travaux mais bien des “petits trucs” pour avancer sur les différents aspects de la recherche. Les thématiques sont très variées (faire une revue de littérature, stratégies de publication, se mettre à écrire…). Si ce travail d’ouverture concerne d’abord les doctorants dans leur travail de thèse, il s’adresse à un public plus large, étudiants ou chercheurs en sciences humaines et sociales.

Marie-Charlotte ALLAM (doctorante en science politique)
Hélène Caune (MCF en science politique)
Camille Duthy (doctorante en sociologie)